Table of Contents Table of Contents
Previous Page  10 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 10 / 24 Next Page
Page Background

Le 15

e

jour du mois

mensuel de l’Université de Liège

253

avril 2016

www.ulg.ac.be/le15jour

10

omni

sciences

MANDATS POSTDOCS

L’appel BEIPD Outgoing a été lancé ce vendre-

di 25 mars :

il offre à de jeunes docteurs ULg

sept mandats postdocs d’un an à l’étranger

dans l’institut de recherche ou l’université de leur

choix. La date limite pour le dépôt de candida-

ture est fixée au lundi 2 mai. En 2015, une tren-

taine de jeunes diplômés avaient postulé.

*

www.ulg.ac.be/cofund

RENCONTRES DU CEDEM

- François De Smet

, directeur de Myria (Centre

fédéral Migration), donnera une conférence inti-

tulée “Réflexions sur les enjeux de la migration”,

le jeudi 14 avril, à 16h30.

- Nadia Fadil

, professeure à la KU Leuven, don-

nera une conférence sur “La construction du pro-

blème musulman et la souveraineté étatique : le

cas de la Belgique”, le jeudi 28 avril, à 16h30.

À la salle Pousseur, complexe Opéra,

place de la République française 41, 4000 Liège.

Contacts :

tél. 04.366.46.80,

courriel

jm.lafleur@ulg.ac.be

PISA

Dans le cadre des conférences “Verviers-ULg”, le

Pr

Dominique Lafontaine

fera un exposé intitulé

“Pisa expliqué à tous : que faire pour améliorer

notre enseignement en Fédération Wallonie-

Bruxelles ?”, le mercredi 18 avril à 20h, à l’espace

Duesberg, boulevard des Gérarchamps 7c,

4800 Verviers.

*

www.ulg.ac.be/Verviers-ULg

PRINCIPAUTÉ

Le Pr

Philippe Raxhon

donnera une conférence

intitulée “Entre Principauté et Belgique ”, dans

le cadre du cycle de conférences “Histoire de

Liège”, le jeudi 21 avril à 20h au complexe Opéra,

place de la République française 41, 4000 Liège.

Contacts :

tél. 04.221.93.67,

courriel

info@histoiredeliege.be,

site

www.histoiredeliege.be

L’ÉTAT BOURGUIGNON

Le séminaire de recherche pluridisciplinaire “Les

rouages de l’État bourguignon aux XIV

e

-XVI

e

siècles” rassemble des spécialistes de l’État bour-

guignon et proposera – pendant trois ans – des

séances thématiques animées par les meilleurs

spécialistes.

Dans ce cadre,

Renaud Adam

(ULg) donnera

un séminaire intitulé “Législation et imprimerie

dans les anciens Pays-Bas aux XV

e

-XVI

e

siècles”,

le mardi 26 avril, à 14h, à la salle Grand Physique,

quai Roosevelt 1b, 4000 Liège. Anne Schoysman

(université de Sienne) en sera le modérateur.

Contacts :

courriel

christophe.masson@ulg.ac.be

,

site

http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr

CERES

À l’invitation du Ceres, le Pr Eugen Brüwhiler

de l’École polytechnique fédérale de Lausanne,

donnera une conférence sur

“L’esthétique des

ponts”

, le jeudi 28 avril à 17h30, à l’Institut de

mathématiques (bât. B37), quartier Polytech 1,

campus du Sart-Tilman.

Contacts :

tél. 04.366.93.45,

courriel

ceres@ulg.ac.be

ANTIQUITÉ

Le service d’histoire de l’art et d’archéologie de

l’Antiquité gréco-romaine de l’université de Liège

a invité le Pr François Queyrel (École pratique des

hautes études, Paris) qui donnera une conférence

intitulée

“L’image d’Alexandre le Grand. De la

légende à l’histoire”

, le lundi 2 mai à 18h30, à la

salle du TURLg, quai Roosevelt 1b, 4000 Liège.

Contacts :

courriel

rveymiers@ulg.ac.be

Dans un article qu’il vient de publier dans

Nature Communications

en tant que premier

auteur, Valentin Fischer cherche à élucider

les circonstances de la disparition des ichtyo-

saures.

es ichtyosaures,

Valentin

Fischer, chargé de cours au départe-

ment de géologie, les connaît bien. Il

a consacré sa thèse de doctorat à ces

reptiles marins qui ressemblaient à

nos actuels dauphins sans cependant en être

l’ancêtre, pas même des cousins lointains. Dans

sa thèse, il montrait notamment qu’ils n’avaient

pas disparu massivement à la fin du Jurassique

(il y a 145 millions d’années), mais bien plus

tard, à la fin du Crétacé (95 millions d’années).

DIVERSIFICATION

ET ADAPTATION

Dans quelles circonstances ? C’est ce qu’il

cherche à déterminer ici. Et tout d’abord,

qu’en est-il de la population d’ichtyosaures au

Crétacé ? Employant des méthodes de paléon-

tologie quantitative, Valentin Fischer et ses col-

lègues sont arrivés à la conclusion qu’il semble

y avoir eu à la fois une diversité (le nombre d’es-

pèces différentes) et une disparité (le nombre de

morphologies différentes) importantes chez les

ichtyosaures au Crétacé. Un pic aurait même été

atteint vers le milieu du Crétacé, voici 120-130

millions d’années. Donc pas tellement long-

temps (géologiquement parlant) avant qu’ils ne

disparaissent. Qui plus est, ils semblent alors

évoluer plus lentement que leurs ancêtres du

Trias et du Jurassique. Autrement dit, nous

sommes en présence d’un groupe d’animaux

diversifiés – donc aptes à affronter des change-

ments – et dont l’absence d’évolution semble

montrer qu’ils sont bien adaptés à leurs milieux

respectifs. Comment, alors, expliquer leur dis-

parition ?

«

Nous avons examiné une série de signaux

comme le niveau des mers, la température glo-

bale et les variations du cycle du carbone et les

comparons aux taux d’extinction. Mais

, précise

Valentin Fischer,

nous l’avons fait de manière

inédite, examinant les fluctuations fines qui

se produisent à l’intérieur de périodes longues.

Ainsi, la variation du niveau des mers peut être

importante alors que la courbe des moyennes

est très lisse

. » L’analyse s’est avérée payante

pour deux des trois variables, la température

et le niveau des mers. Les chercheurs ont ainsi

montré que le taux d’extinction des ichtyosaures

est plus élevé lors des périodes présentant des

fluctuations rapides (sur quelques milliers d’an-

nées tout de même…) et importantes. Affinant

leurs analyses, les chercheurs ont aussi remar-

qué que l’extinction des ichtyosaures semble

s’être déroulée en deux phases s’étalant sur 5-6

millions d’années. C’est court, mais ce n’est pas

brutal.

CHANGEMENT

D’ENVIRONNEMENT

Lors de la première, la diversité écologique dis-

paraît. Tous les fossiles datant du Crétacé supé-

rieur n’appartiennent qu’à une seule niche : les

ichtyosaures au sommet de la chaîne alimen-

taire. Les deux autres niches (les espèces spéciali-

sées, à grands yeux et petites dents et des formes

intermédiaires) ont disparu. Que s’est-il passé ?

La fin de Cénomanien va en effet connaître un

grand pic de température. Il n’y a plus de glace

sur la Terre. La séparation des continents n’a

jamais été aussi rapide. Elle modifie les courants

marins, la circulation thermohaline globale et le

niveau des océans. Et les éruptions volcaniques

sont fréquentes, qui rejettent une série de gaz à

effet de serre dans l’atmosphère, ce qui entraîne

la fonte des glaces et accroît encore le niveau des

mers.

Presque tous les groupes marins vont alors subir

des bouleversements importants. Ce n’est pas

une extinction massive car certains vont dis-

paraître, mais d’autres vont apprécier ces nou-

velles conditions et des radiations vont avoir

lieu. «

Dans la myriade de changements à cette

époque, les causes précises de l’extinction des

ichtyosaures sont difficiles à déceler

, se désole

Valentin Fischer.

Il est probable que nous ne

connaîtrons jamais le fin mot de l’histoire.

»

Henri Dupuis

article complet sur

www.reflexions.ulg.ac.be

(rubrique Terre/géologie)

Reptiles marins

Lafindes ichtyosaures

Andrey Atuchin