Table of Contents Table of Contents
Previous Page  3 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 3 / 24 Next Page
Page Background

3

www.ulg.ac.be/le15jour

avril 2016

253

mensuel de l’Université de Liège

Le 15

e

jour du mois

som

maire

253

à la

une

À LA UNE

L’ACOUSTIQUE en milieu scolaire

2-3

OMNI SCIENCES

MICROALGUES, un projet européen

4

OUFTI-1 : le lancement

5

L’OPINION, signée Miguelle Benrubi

5

AGROÉCOLOGIE : nouveau master

6

FEU sur l’ambroisie

6-7

CARTE BLANCHE à Vincent Genin

7

THÉRAPIE MANUELLE,

spécialisation de kinésithérapie

8-9

PLATEFORME pour l’autisme

8

E-BUSINESS : nouvel Eldorado ?

9

LA FIN des ichtyosaures

10

Elisa von der Recke

11

5 QUESTIONS À

PHILIPPE BOXHO,

sur l’Institut médico-légal de Liège

12-13

ALMA MATER

QUI EST-CE ? Andrés Patuelli

14

HEC LIÈGE : renouvellement du label

15

CYTOMINE,

un logiciel d’analyses d’images

16

UNIVERS CITÉ

ARTISTES À L’HÔPITAL : Sophie Langhor 16

MATTEO RICCI,

entre la Chine et l’Europe

17

15 KM DE LIÈGE : l’Université court

18-19

ÉNERGIE ÉLECTRIQUE : CE+T distingué 19

FUTUR ANTÉRIEUR

UN JOUR À L’ULG : 20 mai 1876

20

PARCOURS D’UN ALUMNI :

l’interview de Paul Hautecler

21

RÉTRO VISION

ÉCHO : l’ULg dans les médias

22

MICRO SCOPE

LA CLINIQUE VÉTÉRINAIRE

23

ENTRE 4 YEUX

LES MIGRATIONS environnementales

24

Pedro Correa Photography

Près de neuf personnes sur dix estiment être

confrontées à un bruit excessif engendrant des

troubles physiologiques (maladies cardiovas-

culaires, douleurs gastriques, surdité) ou psy-

chologiques (stress ou affections mentales).

Pour le Pr Benoît Dardenne, chef du service

de psychologie sociale de l’université de Liège,

si nous sommes tous exposés au bruit, nous y

répondons cependant de manière différenciée.

Le 15

e

jour du mois

:

Le bruit est-il un pro-

blème de santé publique ?

Benoît Dardenne

 : Cela ne fait aucun doute.

Le bruit est une pollution réelle, de plus en

plus intense à cause de l’augmentation de la

population urbaine, du trafic, de l’activité éco-

nomique. Dès lors, on peut considérer qu’il

relève de la santé publique, comme le tabac

ou l’alcool.

Le 15

e

jour

 :

Comment mesurer les souf-

frances psychologiques liées au bruit ?

B.D.

 : Il est indéniable que des niveaux

variables de bruit produisent des effets sur

la concentration ou la mémoire. Des études,

corrélationnelles, indiquent également que le

fonctionnement de l’individu peut être affecté

par des expositions importantes au bruit.Voici

deux décennies environ, à Munich,

une étude

sur des enfants exposés au bruit des avions a

démontré qu’ils présentaient une élévation

du taux des hormones liées au stress. D’autres

études ont montré une augmentation de la

pression artérielle. Ces observations confir-

ment l’impact non négligeable du bruit sur le

système cardiovasculaire dans son ensemble.

Chez les enfants, cette augmentation des taux

hormonaux est accompagnée par une détério-

ration des capacités cognitives de mémorisa-

tion et de réalisation de tâches complexes.

Le 15

e

jour

 :

Quels pourraient être les

remèdes, notamment dans le milieu scolaire ?

B.D.

 : Tout d’abord, il faut apprécier le bruit :

symphonie pour l’un et cacophonique pour

l’autre... Cela dit, les acousticiens peuvent

travailler sur une série de variables qui anni-

hilent la quantité de bruit ou, à tout le moins,

la diminuent. Mettre en place des dispositifs

techniques pour amoindrir le bruit extérieur

est une nécessité. La lutte contre le bruit

peut participer du bien-être au travail ou

faire l’objet de mesures plus locales comme

lors de l’extension de l’aéroport de Liège

avec son lot d’expropriations et d’isolations

sonores des immeubles. Gardons néanmoins

à l’esprit le souci des autorités de maintenir

et garantir un équilibre entre activité écono-

mique et bien-être collectif.

sonorisation entre les salles de classe; elle

évoque en outre la réverbération, c’est-à-dire

la résonance et l’écho, notamment dans les

grandes salles polyvalentes qui, comme leur

nom l’indique, servent à la fois de réfectoire,

de salle d’étude ou de spectacle

», détaille

Fabienne Duthoit. Cette mesure fournit éga-

lement des indications pour les équipements

techniques des écoles, comme la ventilation.

«

Elle embrasse réellement tous les domaines

de l’acoustique du bâtiment

»,

résume pour

sa part Jean-Jacques Embrechts.

«

Peu connue en région wallonne, cette

directive n’est pas respectée, ce qui génère

souvent des regrets

»

, notent de concert les

deux acousticiens. En effet, c’est lorsque le

ruban inaugural est coupé que l’on se rend

compte des désagréments causés par le bruit

de la chaudière qui jouxte la salle des profes-

seurs… C’est d’autant plus regrettable que

la norme n’est pas contraignante.

«

Même

si, pour certains juristes, la bonne pratique

a force de loi

», poursuit Fabienne Duthoit.

D’où l’intérêt de faire appel dès le début à

un bureau d’étude spécialisé en acoustique,

lequel orientera l’architecte tout au long de

son projet et le guidera dans la disposition

des locaux, de quoi éviter un coût dispro-

portionné pour isoler un local très bruyant

d’un local très sensible.

SENSIBILISATION

Pour sensibiliser les architectes, les bureaux

d’étude, les entrepreneurs ou les services tech-

niques, le Cedia collabore activement à un

School Acoustics Day” organisé par l’Abav

sur le sujet des bâtiments scolaires.

«

Notre

objectif est double : d’une part, rappeler l’im-

portance de l’acoustique sur la santé des élèves

et des enseignants, et, d’autre part, présenter et

faire découvrir différents produits acoustiques

. »

De nombreux exemples viendront illustrer les

bonnes pratiques. Bruxelles Environnement

présentera un

vade-mecum

rédigé en 2014

qui

avance diverses recommandations pour

réduire le bruit dans les écoles, tandis qu’un

architecte expliquera comment il est parve-

nu – en partenariat avec le Cedia – à inclure

la norme lors de la conception d’un bâtiment

scolaire tout en gardant le cap budgétaire des

1100 euros/m².

«

Notre intention est bien d’être constructif, sans

effrayer les architectes, notamment en termes de

surcoût

»

, conclut Fabienne Duthoit.

Pages réalisées par Pierre Demoitié

School Acoustics Day

Le mercredi 27 avril à 14h, à l’Institut Montefiore,

quartier de l’agora, campus du Sart-Tilman, 4000 Liège.

Programme sur

www.cedia.ulg.ac.be

L’avis du psychologue