Avril 2015 /243

20 ans d’accueil

Cercle homosexuel estudiantin liégeois

Etudiant en année préparatoire “langues et littératures françaises et romanes”, Jordan Kehl est actuellement vice-président et responsable de la cellule accueil du Cercle homosexuel estudiantin liégeois (Chel), affilié aux Cercles homosexuels estudiantins francophones fédérés (Cheff). C’est derrière la grande porte du numéro 9 de la rue Soeurs-de-Hasque à Liège et dans le cadre du 20e anniversaire du cercle que Jordan parle de cette cause qui lui tient à coeur, tout en précisant que la préférence sexuelle reste encore un sujet tabou dans le milieu des étudiants liégeois. Rencontre.

Le 15e jour du mois : Beaucoup d’étudiants ne connaissent pas le Chel. En quoi consiste ce cercle et quelles sont les activités proposées ?

Jordan Kehl : Le Chel est un cercle principalement à destination des étudiants homosexuels liégeois. Etudiants au sens large puisque nous accueillons les universitaires, les étudiants en Hautes Ecoles, mais aussi les élèves du secondaire à partir de 16 ans, et ce jusqu’à 30 ans. Tous les jeudis soir, nous organisons des activités. Dans un premier temps, de 17h30 à 19h30, nous accueillons les jeunes en collaboration avec le planning familial. C’est aussi l’occasion d’expliquer aux nouvelles recrues le fonctionnement du cercle, de répondre à leurs interrogations. Nous leur offrons une oreille attentive. Après 19h30, les soirées sont placées sous le signe de jeux ou de discussions. Nous collaborons également avec Les Grignoux qui projettent une fois par mois un film à thématique LGTB.

Le 15e jour : L’Université est un lieu d’ouverture et de tolérance. Cependant, il arrive encore d’y entendre des mots durs face à l’homosexualité. Quel est votre ressenti par rapport à l’évolution de la condition homosexuelle à Liège ?

J.K. : Etrangement, je trouve qu’il était plus facile de vivre sa sexualité au début des années 2010. Suite aux différentes manifestations en France contre la légalisation du “mariage pour tous” notamment, j’ai constaté une recrudescence des discours anti-égalitaires. Une parole s’est un peu “décoincée” chez les opposants, principalement sur internet. S’il me semble que la faculté des Sciences appliquées et celle d’HEC-ULg restent encore des milieux un peu machistes (contrairement à la Philosophie et Lettres dans laquelle j’évolue), de manière générale, heureusement, un respect s’installe dans le milieu estudiantin.

Le 15e jour : 20 ans, ce n’est pas rien. Qu’avez-vous prévu pour fêter cet anniversaire ?

J.K. : Nous avons porté un toast le 6 mars dernier au Palais provincial de Liège en compagnie de Jean-Louis Verbruggen, cofondateur du Chel, qui n’a pas hésité à rappeler l’évolution des moeurs depuis maintenant deux décennies. A côté de cela, notre traditionnel cabaret revient pour une 19e édition les 17 et 18 avril prochains au Théâtre universitaire royal de Liège.
Une grande soirée sera également organisée à l’automne.

Contacts : courriel comite@chel.be, site www.chel.be

Voir aussi l’article de Mélanie Geelkens sur www.reflexions.ulg.ac.be (rubrique Société/psychologie) à propos d’une étude menée par le Pr Salvatore D’Amore.

Propos recueillis par Boris Lambert
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°265
Nicolas Javaux, master en langues et littératures romanes et françaises
Nouveau master en Sciences appliquées
Un procédé chimique révolutionnaire
Un manque de respect pour les malades mentaux
La 3D au service de l’histoire
Actualité
Actu

Un dossier du numéro d'été de Voix Solidaires, le magazine d’UniverSud, sur les interrogations liées au genre.