December 2016 /259

Sociologie de la littérature

Les frontières mouvantes des groupes littéraires

De Hugo à Breton, en passant par Mallarmé ou Rimbaud, nombreux sont les écrivains dont le parcours est rythmé par l’adhésion à des groupes ou l’animation de ceux-ci. Publié aux Presses universitaires de Liège, l’ouvrage collectif La dynamique des groupes littéraires rompt avec la figure sacralisée du génie isolé et étudie la façon dont la collectivité littéraire de la modernité se vit et se dit, du romantisme à la fin des avant-gardes : il observe à cet effet des stratégies d’émergence, des quêtes de légitimité, des combats idéologiques menés à plusieurs, mais aussi des scènes prosaïques de la vie en communauté.

À la limite de l’insaisissable

SaintAmand-DenisL’autonomisation progressive de la littérature au XIXe siècle se construit collectivement. Victor Hugo, pour conduire la “bataille d’Hernani” s’entoure d’une “armée” de confrères capables de secouer la tradition. La génération suivante tentera de neutraliser les divergences de ses membres pour apparaître soudée sous la forme du Parnasse. Après 1875, les groupes se multiplient grâce à certains anciens parnassiens : Mallarmé, rassemblant ses disciples dans son salon, devient le chantre du symbolisme ; dans les cafés du Quartier latin, les décadents se rassemblent autour de Verlaine ; quant à Charles Cros, il est de tous les groupes qui, des Zutistes aux habitués du café Le Chat noir, cherchent davantage à se moquer du canon qu’à s’imposer. C’est l’âge d’or des groupes littéraires, qui dynamiseront le monde des lettres jusqu’aux dernières avant-gardes des années 1970.

Deux données transversales ressortent de l’ouvrage. Premièrement, ces groupes résistent à une définition trop cloisonnée. Chaque collectif est unique par sa structure, sa doctrine et sa manière de vivre l’activité littéraire : les velléités potaches des Zutistes sont aux antipodes du programme quasi scientifique du surréalisme ; certains parnassiens pensent leur cénacle comme fermé et élitiste, tandis que Le Chat noir est affaire de lieu ouvert à tous. Deuxièmement, la dynamique de ces collectifs révèle de nombreux ajustements et débats. Ces négociations s’opèrent à un niveau externe, quand le groupe se définit et s’oppose à d’autres mouvances, et à un niveau interne, quand le collectif infléchit le comportement de ses membres. Pour appréhender ce besoin de cohésion, la notion de “conduite de vie” est empruntée à Max Weber. « Au sein des groupes restreints, on peut observer une gamme de comportements tacitement reconnus comme adéquats et auxquels chaque membre est invité à se conformer, note Denis Saint-Amand, collaborateur scientifique à l’ULg et responsable d’édition de l’ouvrage. Il s’agit d’une sélection implicite qui remplit à la fois une fonction d’intégration et de régulation de l’activité collective. »

SaintAmand-Groupes-Cover

Outils théoriques

La multiplicité des regards superpose des éclairages nouveaux sur un objet aux contours flous. L’approche collective dégage des tendances et les questionne. « Au-delà d’un apport à des questions d’histoire littéraire, ce projet est porté par une réflexion méthodologique et vise à confronter des outils et démarches. La finalité des groupes littéraires étant de produire du discours, ceux-ci offrent une multitude de prises à ce niveau ; ils se choisissent un nom, se mettent en scène, énoncent des programmes… Mais ce qui se joue en leur sein peut évidemment se manifester dans d’autres formes de groupements : si on se penche sur le vestiaire d’une équipe de football ou sur le laboratoire d’une équipe de recherche, on observera des adaptations comportementales, des valeurs et des hiérarchies implicites qui répondent à de similaires logiques et dynamiques. Se pencher sur les groupes littéraires, c’est se donner les moyens de questionner plus largement les rouages des phénomènes collectifs. »


Denis Saint-Amand (dir.), La dynamique des groupes littéraires, coll. Situations, Presses universitaires de Liège, Liège, 2016.

Philippe Lecrenier
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°260
L’opinion de V. Bluge et M.-TH. Delhoune
Vinciane Pirenne-Delforge élue au Collège de France
Le véhicule à hydrogène en test
48FM met sur pied une radio communautaire au Sénégal
Labyrinthe-Fétiches, une exposition qui en cache une autre
Développer un cadre urbain qualitatif
Actualité
Actu

A partir du 31 janvier, le Pr Thierry Doré (AgroParisTech) donnera un cycle de leçons.