February 2017 /261

Astrobiologie

L'apparition de la vie

L’unité de recherche Geology, qui étudie la composition, la structure, l’histoire et l’évolution des couches internes et externes du globe terrestre et des autres planètes rocheuses, porte aussi un grand intérêt à l’éclosion et à l’évolution de la vie révélée par l’analyse multidisciplinaire de fossiles. Le Pr Emmanuelle Javaux, à la fois biologiste et géologue, dirige l’unité de recherche paléobiogéologie, paléopalynologie, paléobotanique (PPP). Née en juin 1967, elle est depuis sa jeunesse fascinée par les conditions qui permettent à la vie de naître et se diversifier. Elle s’intéresse aux fossiles comme témoins d’une vie microscopique. Ses domaines de recherche concernent les premières traces de vie, l’évolution de la biosphère au précambrien, la géobiologie de tapis microbiens dans des milieux extrêmes, la caractérisation de biosignatures morphologiques, ultrastructurales et microchimiques, les conditions d’habitabilité sur les planètes. Spécialiste de renom dans le monde, elle préside notamment le groupe de contact “astrobiologie” du FNRS.

Le 7 mars, elle donnera, dans le cadre du collège de Belgique, une conférence intitulée “Fausses idées et controverses en astrobiologie : l’étude de l’origine, l’évolution et la distribution de la vie dans l’Univers”.

Le 15e jour du mois : Quels sont les défis de l’astrobiologie ?

JavauxEmmanuelleEmmanuelle Javaux : L’astrobiologie est l’approche multidisciplinaire de la vie terrestre depuis son origine, des conditions d’habitabilité sur d’autres planètes, ainsi que des méthodes de leur détection. Elle implique les connaissances de nombreuses sciences qui sont la biologie moléculaire, la biochimie, la microbiologie, la chimie prébiotique, la géologie, la géophysique, la physiologie, la paléontologie, l’astrophysique, et aussi la philosophie et l’histoire des sciences… Le défi est de faire en sorte que chaque chercheur comprenne le langage des autres scientifiques, tout en gardant la rigueur scientifique et en évitant les “fausses idées” de chaque discipline. Chaque domaine de recherche développe des controverses sur les questions posées par le passage du non-vivant au vivant et son évolution. Ainsi, par exemple, il faut éviter, comme le font des vulgarisateurs, d’assimiler la naissance de la vie sur la Terre à l’apparition de “Last Universal Common Ancestor ”(LUCA) qui est le dernier ancêtre commun à toutes les formes de vie connues actuellement.
Autre difficulté : la confusion qui est entretenue entre ce qui est organique et ce qui est biologique. Quand il est question de la présence de molécules organiques sur les corps célestes, certains pensent résoudre le problème des origines de la vie. Or, la chimie organique, basée sur les molécules contenant au moins une liaison carbone-hydrogène, est banale dans l’Univers et n’est pas forcément liée à la vie. Le processus d’éclosion de la vie est un puzzle complexe et n’est toujours pas expliqué.

Le 15e jour : Quel est votre apport scientifique à l’étude des origines de la vie sur notre Terre ?

E.J. : Je participe à la reconstitution du puzzle en étudiant des microfossiles dans des roches très anciennes, âgées de 3,5 milliards à 600 millions d’années.
Je cherche à comprendre, avec une équipe internationale de chercheurs, l’environnement dans lequel elles se sont formées et ont été préservées ou altérées. On a découvert ainsi des microfossiles en Australie, Afrique du Sud, Canada, RDC, Mauritanie, des roches avec des traces de vie non ambiguës dont certaines  remontent à 3,5 milliards d’années. Nous les comparons sous toutes les coutures avec celles d’aujourd’hui (morphologie, ultrastructure, microspectroscopie) et caractérisons leur contexte géologique (âge, paléoenvironnements). Une de mes spécialités concerne l’identification des premiers eucaryotes* qui datent au moins de 1,7 milliard d’années et l’ évolution de la complexité biologique.

Le 15e jour : On parle de planètes habitables… Qu’en est-il ?

E.J. : La seule planète habitée connue est notre Terre. En examinant de près son histoire et ses caractéristiques, on essaie d’identifier les conditions d’habitabilité. Outre l’eau liquide, les éléments CHONPS et autres en trace (nutriments), les sources d’énergie et l’interaction avec les minéraux dans les roches, il est possible que l’activité géologique, comme la tectonique des plaques, soit nécessaire à la vie ou au maintien de l’habitabilité de la Terre. Dans les années à venir, on va étudier des sites potentiellement habitables : Mars avec la mission européenne ExoMars 2020, puis la lune glacée Europe autour de Jupiter. Pour ce qui est des exoplanètes rocheuses, il faudrait pouvoir analyser leur atmosphère. Je doute que l’on puisse actuellement détecter de manière non ambiguë de la vie en dehors de notre système solaire.


* Les eucaryotes sont les organismes formés d’une ou plusieurs cellules incluant un noyau et des organelles, comme les protistes, champignons, algues, animaux.

SI VOUS DEVIEZ CITER TROIS DÉCOUVERTES SCIENTIFIQUES MAJEURES :

  1. La théorie de l’évolution par la sélection naturelle, publiée par le Britannique Charles Darwin pour expliquer l’origine des espèces (1859) et son idée avant-gardiste sur l’origine de la vie par chimie prébiotique dans un “warm little pond”.

  2. La découverte du troisième domaine du vivant (Archaea) par l’Américain Carl Richard Woese (1928-2012).

  3. La théorie de l’atome primitif, avec l’Univers en expansion et le fond cosmique “l’écho disparu de la formation des mondes” du Belge Georges Lemaître (1894-1966)

 

Fausses idées et controverses en astrobiologie : l’étude de l’origine, l’évolution et la distribution de la vie dans l’Univers

Conférence Liege creative, en collaboration avec le Collège de Belgique (Académie royale), par le Pr Emmanuelle Javaux,  le mardi 7 mars à 17h30, au Théâtre de Liège, place du 20-Août 16, 4000 Liège.

* informations et inscriptions via www.liegecreative.be, tél. 04.349.85.08

 

 

Théo Pirard
Photo : J.-L. Wertz
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°264
La plateforme collaborative
De l’utilité du juge de paix
Cabinet de curiosités
Un must à l’hôpital
La Semaine des insectes, du 27 mai au 3 juin
Un film inspirant
Actualité
Actu

En collaboration avec la Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège et le Centre d'Histoire des Sciences et des Techniques de l'ULg, une exposition à La Boverie. Du 2/6 au 17/9.