Mai 2017 /264

La parole aux enfants

La plateforme collaborative

Lancée en 2013, la plateforme collaborative Tiwouh est une spin-off en sciences humaines et sociales de l’université de Liège. Elle a pour but d’aider les patients atteints de troubles du langage via les nouvelles technologies.

Tout commence il y a quatre ans, lorsque le projet “Platform for Autism and Therapist Help” (PATH) a été soumis au programme de recherche d’intérêt général GREENTIC. « Acapela Group, expert dans le développement de solutions vocales, a lancé le projet en recourant aux compétences de notre unité de logopédie clinique, avec le support de l’UMons, de Multitel et de Triptyk  », expose Christelle Maillart, professeure et actuelle présidente du département de logopédie en faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’éducation, également responsable académique de Tiwouh. « Nous sommes intervenus en tant qu’unité de recherche scientifique afin de comprendre les besoins des familles et des professionnels, et d’aider ces derniers à tester la plateforme dans le cadre de leur travail, etc. »

SOUPLESSE D’UTILISATION

Tiwouh02Basée sur une plateforme collaborative, en constante amélioration, Tiwouh offre aux logopèdes (orthophonistes) la possibilité de disposer d’applications pour travailler la communication de leurs patients. Les exercices sont construits sur la plateforme par les logopèdes et sont ensuite transférés sur une tablette. Ces exercices sont complémentaires et peuvent être paramétrés et personnalisés par le thérapeute en fonction des besoins spécifiques des patients. Actuellement, Tiwouh met à disposition des applications de “Communication augmentative et/ou alternative” (CAA), d’apprentissage du vocabulaire, de travail de l’émergence de la syntaxe, d’adaptation des jeux et des livres afin de les commenter, d’apprentissage de la conversation et de création de routines de la vie quotidienne (par exemple, se brosser les dents). D’autres thématiques sont encore en chantier.

Tiwouh permet ainsi de créer des tableaux de communication et des exercices à partir de canevas vides, de modèles ou d’exercices partagés par la communauté des utilisateurs (logopèdes et parents). Tous les exercices peuvent être individualisés, notamment en important des pictogrammes ou des photos personnelles, voire des mots écrits (si l’utilisateur est lecteur). « Il est possible de choisir la voix en fonction de l’utilisateur (voix féminine, masculine, enfantine), de modifier la vitesse de la parole (afin d’augmenter l’intelligibilité du message), de modifier les couleurs des cases (par exemple, pour identifier la catégorie grammaticale des mots), de modifier l’affichage des polices, de désactiver un pictogramme (par exemple, lorsque l’adulte estime que l’enfant ne peut plus obtenir un objet), de proposer des renforçateurs vocaux ou animés quand les exercices sont réussis, etc. » explique-t-on chez Tiwouh. Toutes les applications (tableaux de CAA et exercices) sont accessibles en tout lieu et en tout temps par les différents utilisateurs, à condition de respecter toutefois les règles d’autorisation d’accès. « L’outil est adapté aux enfants – c’est le cas le plus fréquent – mais les adolescents et les adultes peuvent également en bénéficier », complète Christelle Maillart.

LA TABLETTE, LE LOGOPÈDE ET L’ENFANT

Tiwouh« L’utilisation de nouvelles technologies dans le traitement des troubles du langage n’est pas neuve ; il existe des applications consacrées à la communication, même s’il n’en existait pas en version française lorsque le projet a été lancé, observe Christelle Maillart. Mais ce qui fait la différence de Tiwouh, c’est l’accompagnement personnalisé du logopède là où d’autres applications laissent le patient se débrouiller seul, bon an mal an, sans véritable suivi médical. » Et Pascale Grevesse, logopède référente de Tiwouh, d’ajouter : « L’apport essentiel de ce nouvel outil est la collaboration entre le logopède et les parents qui peuvent travailler en alternance. Les parents transmettent les besoins de l’enfant, le thérapeute peut améliorer le tableau pour optimiser l’outil et ainsi répondre aux besoins fonctionnels. »

Si les parents sont agréablement surpris des résultats positifs (voir témoignage), les logopèdes, quant à eux, ont découvert en Tiwouh un formidable outil pour le travail sur le langage. « Le praticien peut développer certaines compétences avec l’enfant et, une fois la séance terminée, rendre l’exercice accessible sur la tablette des parents, lesquels pourront ensuite entraîner l’enfant et répéter l’exercice déjà vu en séance. Ainsi, le travail ne s’arrête pas en sortant du cabinet mais se prolonge au domicile », ajoute Pascale Grevesse. Qui souligne encore les indéniables atouts du procédé : « Le logopède travaille avec une seule tablette, chaque patient disposant d’une session spécifique identifiée par sa photo. Au niveau logistique, les tableaux et exercices se construisent et se modifient aisément ; ils sont sauvegardés dans le cloud. Tout est donc récupérable à tout moment. »

Utilisée et plébiscitée par 60 “beta-testeurs”, la plateforme a d’ores et déjà suscité l’intérêt de nombreux professionnels. « Nous avons déjà été contactés par plusieurs logopèdes, nous allons bientôt commencer des séances d’information à leur intention », annonce Christelle Maillart. Parallèlement à cela, la société vient de décrocher un projet First Spin-Off d’une durée de deux ans, financé par la Région wallonne, pour la validation clinique des résultats obtenus dans le cadre du projet PATH. Une jolie récompense pour un outil qui éveille la curiosité académique également. « Nous préparons un colloque scientifique pour la fin d’année sur Tiwouh et plus largement sur les troubles de la communication », conclut Christelle Maillart.

* www.tiwouh.org

Témoignage

Dominique Brecht est la maman de Nathan, 7 ans, atteint de troubles du langage. Sollicitée par Pascale Gevresse, la logopède de son fils, elle a accepté de participer à l’expérience. « Nathan adore l’informatique, mais il aime beaucoup lire également, notamment les histoires de T’Choupi qui contiennent des phrases lacunaires. J’ai importé des dessins sur la plateforme pour adapter les livres et afin d’apprendre à Nathan à construire des phrases. À force de les entendre et de les lire, Nathan a réussi via la synthèse vocale, à répéter des phrases complètes du type “T’Choupi aime lait”. C’est un progrès énorme ! » Et Dominique d’ajouter : « Je ne dis pas que l’application seule suffit, mais, via cet outil, nous constatons une nette amélioration de la communication entre Nathan et nous. Tiwouh lui a même permis de comprendre les signes mathématiques, alors que son institutrice craignait qu’il n’y arrive jamais. Ce sont des petites victoires très importantes pour nous. »

 

 

Bastien Martin
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°265
Nicolas Javaux, master en langues et littératures romanes et françaises
Nouveau master en Sciences appliquées
Un procédé chimique révolutionnaire
Un manque de respect pour les malades mentaux
La 3D au service de l’histoire